Accueil SOCIETE BOUHALLA KHADIDJA PRESIDENTE D’UN CLUB VERT (PORTRAIT)
SOCIETE

BOUHALLA KHADIDJA PRESIDENTE D’UN CLUB VERT (PORTRAIT)

2/06 17h37

OUARGLA- Mme Bouhalla Khadidja, éducatrice spécialisée en psychologie de l’enfant, est directrice de la « Maison de jeunes du 24 Février du quartier éponyme (ex : La selis) au centre –ville de Ouargla.

C’est en tant que présidente de l’association « Club vert pour la jeunesse et l’environnement » que la militante associative a accordé un entretien à l’APS au lendemain du samedi citoyen, qui a vu nombres d’associations ouarglies répondre à l’appel de l’association « Ifassen n’laksar » pour une touiza (volontariat) visant à faire de la vieille palmeraie de Bella un espace de loisirs. Mme Bouhala Khadidja qui a fait cap vers l’environnement, au bout de 20 ans de carrière au service des tout petits, considère qu’elle y était prédisposée. « J’ai grandi à l’ombre des arbres du jardin d’essais (botanique) d’Alger, dont un de mes parents était directeur. De plus, ma mère a la main verte. Tout ce qu’elle met en terre s’épanouit merveilleusement’’, souligne cette gardienne de l’air, de l’eau et de la propreté des quartiers ! Son ancienne vocation semble pourtant la poursuivre puisque son association est dédiée à la jeunesse et que ses actions de sensibilisation ciblent prioritairement les écoles primaires de la daïra. « Lorsque Le Club Vert pour la jeunesse et l’environnement a été agrée en 1999 par le MJS (ministère de la Jeunesse et des Sports), c’est tout naturellement que j’en ai été chargée’’, dit-elle. Depuis, la protection de l’environnement est devenu le sacerdoce quotidien de cette mère de famille et l’on ne compte plus les lauriers gagnés au prix de la sueur des étudiants volontaires du Club vert. Le plus récent est le premier prix de bénévolat obtenu par l’association à la rencontre nationale de Médéa de juillet 2011.

Sauver les lacs et les espaces verts

‘’A Ouargla, hormis le problème des déchets ménagers, il y a la dégradation des espaces naturels à sauvegarder et les problèmes de pollution dus aux torchères toutes proches et aux ordures brûlées souvent au cœur des quartiers de la ville’’, explique celle qui s’est juré de sauver les ‘’bouhaïrate’’ (lacs), merveilles de la région, aujourd’hui en état de dégradation. ‘’Il n’y a plus de poissons dans le lac de Temacine !’’, s’indigne Khadidja, que rien n’empêche de modeler de ses mains des projets de maquettes d’espaces familiaux de loisirs pour les défendre auprès des instances nationales et locales concernées. Amoureuse de la nature et de la science, Mme Bouhalla souligne fièrement le niveau universitaire des membres de son association dont elle parle avec une affection maternelle. ‘’La plupart d’entre- eux sont maintenant ingénieurs à Hassi Messaoud. Il y en a 7 qui sont ingénieurs aux USA et qui suivent, d’Oklahoma, du New Jersey ou de New Mexico, l’activité du Club au jour le jour. Ils nous transmettent tout ce qui se fait de nouveau dans le domaine de l’environnement. Ils savent même que l’APS va faire un article sur le club !’’. Ce souci de niveau scientifique et d’efficacité se retrouve dans le style de l’association, dans les tenues vert fluo, très ‘’pro’’, des membres du club sur le terrain et également dans les principes de base qu’elle s’évertue à leur transmettre. ‘’Ne pas stagner, ne pas avoir peur, foncer, le bagage scientifique est la meilleure des armes ! Voilà ce que j’inculque aux membres du Club’’, confie l’énergique Khadidja. ‘’Je ne dors bien, que si je réalise mon programme de travail. Parfois, le découragement me prend quand je vois que les quartiers nettoyés redeviennent aussi sales qu’avant. Mais quand je pense qu’à chaque sortie de volontariat, un enfant des clubs verts primaires en rédige le compte-rendu, alors je me dis que cela ne peut rester sans résultats’’, conclut celle qui, en plusieurs années, ne s’est absentée de son poste qu’une seule fois pour effectuer un pèlerinage aux lieux saints de l’Islam.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • KSAR D’OUARGLA : HATER LE LANCEMENT DE L’ETUDE...Lire la suite
  • ILLIZI COMMEMORE LE 12EME ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE BALI ...Lire la suite
  • PROMOUVOIR LES OPPORTUNITES D’INVESTISSEMENT ...Lire la suite
  • GHARDAÏA : 18 MEDECINS SPECIALISTES RENFORCENT LE STAFF MEDICAL ...Lire la suite
  • 3.589 HABITATIONS RURALES EN COURS DE CONSTRUCTION A OUARGLA...Lire la suite
VIDEO