• DEBUT DE VOTE DANS LES BUREAUX ITINERANTS AU GRAND SUD
  • DEPART DES PREMIERES CARAVANES DE BUREAUX ITINERANTS VERS LES ZONES EPARSES DU GRAND SUD
  • DEPART DU PREMIER BUREAU ITINERANT VERS LA REGION D’EL-KEHAL-CHENECHENE A TINDOUF
Accueil ECONOMIE ENVIRONNEMENT TAM:PROTEGER LES ESPECES ANIMALES EN VOIE DE (...)
ENVIRONNEMENT

TAM:PROTEGER LES ESPECES ANIMALES EN VOIE DE DISPARITION

9/10 12h23

TAMANRASSET - L’Office du parc national de l’Ahaggar (OPNA) de Tamanrasset s’emploie à faire adhérer l’ensemble des parties concernées par l’environnement dans la protection des espèces animales menacées d’extinction sur cette vaste région de l’extrême Sud du pays.

Cette démarche se focalise sur l’activation et la mise en £uvre, avec le concours des différentes parties concernées, locales et étrangères même, de la protection juridique et législative des animaux sauvages classés en prédilection encore dans cette région, a indiqué le directeur de l’OPNA, Mohamed Belghoul.

Intervenant récemment dans le cadre de la journée mondiale des animaux, le même responsable a mis en avant l’importante coordination avec les différents acteurs et mouvements associatifs concernés par la sauvegarde de la faune et de l’environnement, à l’instar de l’association des chasseurs de la wilaya.

Il a aussi valorisé l’importante contribution des experts étrangers, au titre des programmes de développement internationaux, dont le PNUD, dans la vulgarisation des méthodes techniques pour la conservation des espèces animales menacées d’extinction.

Ce programme onusien de développement prévoit des opérations et études afférentes à la situation des animaux à travers les parcs culturels en Algérie, y compris ceux de l’Ahaggar et du Tassili.

L’OPNA s’attèle, dans cette perspective, à mettre au point une stratégie à même d’assurer la protection des animaux menacés au sein de son territoire, mettant à profit le volet culturel et civilisationel pour associer la population locale dans la protection de leur environnement et des animaux.

Protection de la biodiversité et exploitation équilibrée de la faune La protection de la biodiversité requiert, entre-autres facteurs, l’utilisation équilibrée et rationnelle de la richesse faunistique, en vue d’éviter l’extinction de ces espèces, dont certaines transhument encore dans la région, alors que d’autres se sont éteintes, ou en voie de l’être, du fait de l’acte indifférent de l’homme à l’égard de l’importance de la biodiversité à travers cette étendue du pays.

M. Belghoul a signalé, dans ce cadre, que certaines espèces, bien que n’étant pas exposées à différents facteurs létaux dont le braconnage, demeurent endémiques, dont l’existence dépasse les 3.000 ans.

Le foisonnement des moyens de locomotion et des équipements techniques utilisés dans la chasse aggravent les dangers susceptibles de peser lourdement sur la survie des animaux, car exploités hors saison de chasse et en période de mise en défens, contribuant de ce fait à la disparition accélérée de nombreuses espèces d’ongulées et de cervidés et fauves, tels que la gazelle, le mouflon et le guépard notamment.

Soucieuse de la protection des espèces animales vivant dans la région contre le phénomène du braconnage et de la chasse non-autorisée, l’OPNA £uvre, en coordination avec l’association des chasseurs, à lutter contre le braconnage par la mise en place d’un dispositif réglementaire à même d’alerter et de sensibiliser les contrevenants sur les dangers encourus de ces actes destructeurs de l’environnement et ses composantes.

Ces démarches allant dans le sens de la conservation de la faune consistent, autre-autres, en la mise en défens de zones et saisons de chasse en vue d’assurer la survie de ces espèces et d’éviter le sort de la vache de l’Erg (Temellalt), ayant peuplé la région, disparue suite aux multiples actes de braconnage irrationnel.

Le directeur de l’OPNA a, à ce titre, appelé à faire face à ce phénomène de chasse irrationnelle et non-autorisée, d’£uvrer à la préservation de la biodiversité de cette région aux conditions favorables au développement de ces espèces, notamment les reliefs accidentés et monts.

L’Ahaggar, un lieu de prédilection de trois groupes d’animaux

L’Ahaggar constitue, à l’instar d’autres régions du pays, un lieu de prédilection de trois groupes d’espèces d’animaux, certaines disparues depuis des millénaires, dont des espèces aquatiques et des mammifères, dont les gravures rupestres encore visibles dans certaines zones du flanc Ouest de Tamanrasset témoignent de l’existence, en sus des animaux sédimentaires et autres pétrifiés, dans la région du Tidikelt et d’In-Guezzam, dont certaines de leurs parties fossilisées sont entreposées au musée de l’Office.

Le second groupe des animaux ayant peuplé la région, et gravés en dessins rupestres sur les monts et massifs de l’Ahaggar, porte sur l’éléphant, la girafe, la vache, l’hyène, la gazelle et le mouflon, bien reproduit par l’homme de la préhistoire à travers l’art rupestre.

Les autres espèces d’animaux élisant encore domicile dans la région, les gazelles, les guépards et les mouflons, revêtent une attention particulière aussi bien de l’OPNA que de la population nomade de la région, qui ne ménagent aucun effort pour les contrôler et les observer afin d’éviter toute dégradation de cette richesse et d’assurer leur reproduction et leur protection et, ainsi, celle de la biodiversité du grand Sud.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • SUD:ON VOTE DANS LES BUREAUX OU LE SCRUTIN EST AVANCE DE 24H ...Lire la suite
  • OUARGLA : LA MAISON DE L’ENVIRONNEMENT, UN ESPACE DE SENSIBILISATION ...Lire la suite
  • ADRAR:VALORISER LES POTENTIALITES ECONOMIQUES LOCALES...Lire la suite
  • SUD : DEBUT DE VOTE DANS LES BUREAUX ITINERANTS ...Lire la suite
  • BECHAR:DEBUT DE VOTE A TRAVERS LES ZONES EPARSES ET RURALES ...Lire la suite
VIDEO