L'éditorial
Search
Dimanche 07 Mars 2021
Journal Electronique

Un engagement résolu

Le président de la République a donné le la pour enclencher le processus dont il est attendu qu’il provoque une franche rupture avec l’ordre ancien et débouche sur un réel renouveau de l’Algérie. En effet, Abdelmadjid Tebboune avait donné instruction pour que soit achevée la confection de la loi électorale, qui doit être balisée pour favoriser la moralisation de la vie politique, sécuriser tout le processus électoral et surtout ouvrir le champ politique pour le mettre enfin à la portée des jeunes compétences. Ces orientations, outre qu’elles confirment l’engagement pris par le chef de l’Etat lors de sa campagne électorale, s’inscrivent amplement dans le sillage des revendications soulevées par l’immense majorité du peuple algérien et éloquemment exprimées depuis l’éclosion de la révolution du sourire. L’insistance du président de la République à «passer aux choses sérieuses», si elle réaffirme cette fidélité aux aspirations légitimes du peuple algérien à vivre dans cette Algérie nouvelle promise, lève aussi le doute sur la capacité des forces conservatrices d’empêcher le pays d’avancer sereinement vers son destin. Ces dernières, à l’influence irrémédiablement circonscrite, n’ont plus prise sur la décision ultime. La promulgation de la nouvelle loi électorale leur retirera un des plus importants instruments qui a permis d’asseoir leur domination du champ politique. Poser les règles qui réhabilitent l’acte politique en l’éloignant de l’effet maléfique des puissances d’argent, et garantir la transparence des élections, contribueront à installer solidement la démocratie dans le pays et bâtir des institutions qui ne souffriront guère de la contestation populaire. Cette légitimité passe par l’adhésion pleine et entière de la jeunesse, hommes et femmes, à ce projet de renouveau. L’Algérie ne saurait être bâtie qu’en leur intention et nul ne peut se targuer de savoir, à leur place, ce qui lui sied le mieux. Jusque-là, les jeunes ont été tenus à distance de tous les centres de décision qui configurent le profil politique, économique et social de ce pays. 2021 sera l’année opportune pour eux d’affirmer leur place, en conformité avec leur poids démographique, et le pays ne pourra qu’être bénéficiaire de leur vitalité, ambitions, compétences et visions novatrices. Un pays comme l’Algérie ne saurait se contenter de traînasser aux marges du progrès, de s’inquiéter tous les jours du lendemain et ne se soucier que de survivre à l’ombre des agissements des puissances du monde.
 Horizons

Le sens d’un engagement

Le partenariat stratégique algéro-américain prend une dimension particulière dans cette conjoncture chargée de défis de toutes sortes et marquée par le poids des mutations mondiales. A l’aube d’une nouvelle ère, la nouvelle Algérie de l’Etat de droit et de la démocratie au service d’une économie concurrentielle, en rupture avec le despotisme et la corruption, scelle une convergence totale avec l’Amérique des libertés fondamentales gravement violées par le déni démocratique et une atteinte au principe fondateur du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Le troc éhonté au service du sionisme mondial et l’incroyable assaut donné contre le temple de la démocratie américaine constituent une dérive que les personnalités influentes, l’establishment politique, y compris dans les rangs de la famille républicaine, et les intellectuels ont appelé massivement à mettre fin, en procédant à la restauration du fonctionnement démocratique des institutions et à la préservation de l’héritage inhérent au respect du droit à l’autodétermination des peuples. Entre deux partenaires, la volonté d’aller de l’avant est partagée par les deux pays liés par des relations d’amitié et de respect réciproque. A la faveur de l’élection du président Joseph Robinette Biden, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a tenu à réaffirmer, dans un message de félicitations, toute sa détermination et sa disposition à œuvrer en commun pour raffermir les liens bilatéraux et relever les défis régionaux et internationaux. Au cœur de la dynamique de concertation, la densification des échanges amorcée en octobre 2020 par l’ancien secrétaire d’Etat à la Défense, Mark Thomas Spencer, et suivie par le chef de l’Africom (Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique), le général Stephen J. Towsend. «Les Etats-Unis et l’Algérie sont amis depuis longtemps», a souligné l’ancien secrétaire d’Etat à la Défense. Dans le cadre du dialogue stratégique, la consolidation d’un partenariat fructueux a été évoquée par le sous-secrétaire d’Etat adjoint, David Schenker, (en visite le 6 et le 7 janvier derniers) à Alger. Tout en apportant un démenti aux informations «infondées», portant sur l’installation d’une base militaire au Sahara occidental, le sous secrétaire d’Etat adjoint chargé des questions du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord a souligné «le rôle pionnier et fructueux» de l’Algérie dans le règlement pacifique des crises régionales et plaidé pour un «partenariat beaucoup plus profond que la coopération politique et sécuritaire». En invité de marque de la prochaine Foire internationale d’Alger (FIA), les Etats-Unis ont assurément une opportunité pour mesurer la profondeur des réformes économiques et les perspectives de coopération multiforme.
Horizons

Le temps de la production et de la compétitivité
L’alternative réelle et durable à la dépendance pétrolière dont le risque d’aliénation de la souveraineté nationale a été révélé par les fluctuations du marché pétrolier est possible. Elle réside dans la dynamique des réformes globales conçues pour impulser une économie diversifiée, compétitive, créatrice de richesse et d’emplois, et exportatrice des biens et des produits nationaux. En levier de la croissance, l’agriculture saharienne, l’industrie, les mines et l’énergie constituent les bases de la relance favorisée par une optimisation de toutes les potentialités inexploitées, l’ouverture aux nouvelles technologies et le développement de l’énergie renouvelable dans un pays disposant du plus important potentiel au monde. Au cours du Conseil des ministres, portant sur une évaluation de plusieurs secteurs d’activité, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui a exprimé sa satisfaction quant à la situation des start-up et de l’industrie pharmaceutique, a ordonné sans tarder la mise en exploitation de la mine de fer de Ghar-Djebilet et du gisement de zinc et de phosphate de Oued Amizour. Cette volonté de relance, réitérée lors de la réunion du Haut-Conseil de sécurité, est au cœur de la rencontre du Président de la République avec les représentants de confédérations du patronat, appelées, sans aucune complaisance et sans exagération dans l’évaluation des effets de la pandémie, à s’inscrire dans un partenariat efficient. A la faveur de la nette amélioration de la situation sanitaire et de la reprise économique dans de meilleures conditions, la bataille de la production, de l’exportation et de la diversification agricole est pleinement soutenue par l’Etat assurant, en toute transparence, l’accès au crédit bancaire, l’éradication de la bureaucratie et une gestion du foncier mettant la domiciliation sans contraintes des investisseurs. Cette démarche contribue à la préservation de la production nationale, la réduction de la dépendance pétrolière, la limitation des importations et la satisfaction des besoins essentiels, notamment en matière d’approvisionnement en lait, huile et aliments de bétail. Le Président de la République a ainsi appelé le patronat à œuvrer à une augmentation des recettes de 2 à 3 milliards de dollars et de 4 milliards de dollars hors hydrocarbures. Il s’agit de rompre le cycle infernal de la dépendance pétrolière pour renouer avec les exigences de la nouvelle économie portée par une industrie concurrentielle, une agriculture diversifiée et un secteur tertiaire performant.
Horizons

Nouvelle approche

La nouvelle Algérie, qui a célébré sereinement son premier anniversaire, est passée à la vitesse supérieure pour donner un contenu concret aux réformes politiques et économiques. A la faveur des avancées démocratiques, traduites par l’adoption de la Constitution dont elle constitue l’acte fondateur, la marche en avant se caractérise également par l’efficience de la stratégie de lutte contre la pandémie aux résultats satisfaisants, garantissant une sortie rapide de la crise sanitaire. A la demande expresse du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le choix du vaccin et le lancement de la campagne de vaccination, prévue ce mois-ci, confortent le sentiment de confiance et un optimisme en de lendemains meilleurs, balayant le scepticisme entretenu par les partisans du chaos. Forte de la solidité des institutions et de la cohésion nationale, la nouvelle Algérie croit fermement aux chances de décollage. Dès son retour au pays, le président de la République a impulsé une dynamique de consultation et d’évaluation pour faire face aux défis sanitaire, sécuritaire et socio-économique. L’approche sectorielle qui a prévalu dans le premier Conseil des ministres de la nouvelle année contribue à remettre sur les rails les réformes destinées à satisfaire prioritairement les besoins essentiels des populations, notamment celles des zones d’ombre et éloignées, et à promouvoir une économie diversifiée et compétitive, fondée sur l’économie du savoir et des connaissances et appelée à optimiser toutes les ressources minières recensées. «Les résultats des réformes globales se manifesteront en temps voulu», a affirmé le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, dans un entretien accordé à l’Agence de presse du Moyen-Orient (Mena). Les perspectives sont réellement prometteuses. Dans le premier rapport sur la relance pour la période 2020-2024, le ministère de la Prospective a indiqué que «la forte récession», impactée par la crise sanitaire et la chute drastique des prix du pétrole, sera accompagnée par une reprise au 1er trimestre 2021, grâce aux performances sectorielles permettant une croissance soutenue qui passera de 3,98% en 2021 à 4,3% en 2022. Cette dynamique est encouragée par le président de la République, attaché à soutenir une forte impulsion économique. Lors de la réunion du Haut conseil de sécurité, organisée au lendemain de la tenue du Conseil des ministres, le président Tebboune a souligné l’urgence d’un plan d’encouragement et d’incitation pour les producteurs, associant les secteurs public et privé. Face aux défis régionaux et internationaux «très complexes», le devoir de vigilance impérieux s’impose pour préserver les acquis de l’Algérie de la stabilité et du décollage économique.
Horizons

Accélération des réformes

Le bilan de la gouvernance sectorielle est une halte importante pour évaluer le chemin parcouru et remettre sur de bonnes bases le processus de relance économique et sociale. Cette démarche, qui intervient une année après l’investiture du Président de la République, s’impose pour apporter en toute objectivité les correctifs nécessaires et pallier les lacunes. L’affaire de l’importation de blé avarié de Lituanie est en soi révélatrice de la négligence et de l’irresponsabilité dans la gestion d’un dossier aussi stratégique qui impacte la vie des citoyens. Au cours du Conseil des ministres, dédié dans une première étape à un diagnostic des activités des secteurs de l’intérieur et des collectivités locales, des finances, de la culture, du numérique et des statistiques, de la solidarité nationale, de la pêche, de l’agriculture et du développement rural, le Président de la République a ordonné l’ouverture d’une enquête approfondie pour situer les défaillances relevées, par ailleurs, dans la gestion des zones d’ombre par certains walis et le «point noir» du système bancaire inhérent à l’octroi des crédits. Au cœur du chantier de la relance, les droits citoyens constituent une priorité majeure. Une attention particulière et soutenue a été accordée au développement des zones d’ombre et des zones frontalières qui se doivent d’être alimentées en eau, en gaz et en électricité. En priorité des priorités, la santé publique est confrontée aux défis de la pandémie, de plus en plus maîtrisée et néanmoins tributaire d’une organisation sans faille de la campagne de vaccination qui sera lancée au début du mois en cours. Il s’agit d’une préoccupation majeure qui détermine la reprise attendue de la vie économique et sociale. Des progrès tangibles ont été toutefois relevés dans l’industrie pharmaceutique appelée à satisfaire aux besoins du marché national et à rompre avec le cycle des importations. Il est attendu du secteur minier, en levier de la croissance, une valorisation de toutes les ressources et la mise en exploitation dans les plus brefs délais de la mine de fer de Ghar Djebilet et du gisement de zinc et de phosphate d’Oued Amizour. Cette dynamique dicte l’ère du numérique et de la maîtrise de l’instrument des statistiques pour garantir une gestion performante et permettre la définition précise de la politique de développement national.
Horizons

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Santé

Destination Algérie

L'agenda

 

Ministère de la Solidarité

La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mme Kaoutar Krikou, présidera, le 8 mars  à 14h, au siège du ministère des Affaires étrangères, la cérémonie de célébration de la Journée internationale de la femme.

Ministère de l’Environnement

La ministre de l’Environnement, Mme Dalila Boudjemaâ, présidera, le 8 mars  à 11h, la cérémonie célébration de la Journée internationale de la femme de célébration où les femmes du secteur seront à l’honneur.



Opéra d’Alger
L’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh lance des ateliers d’initiation au chant ouverts dans les répertoires traditionnels et universels. Les inscriptions auront lieu jusqu’au 15 mars 2021.



HCA

Le Haut-Commissariat à l’amazighité organise, le 8 mars, dans la wilaya de Tipasa, une table ronde suivie d’une présentation exclusive des actes du Colloque international «La résistance de la femme dans l’Afrique du Nord de l’Antiquité au XIXe siècle».

DGF

La Direction générale des forêts organise, les 7 et 8 mars, au Centre international des conférences, Alger, un atelier d’élaboration du plan d’action pour la promotion des produits forestiers non ligneux en Algérie.


Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Hebergement/Kdhosting : kdconcept