Ouargla : Khobz El-Mella, une tradition culinaire bien ancrée chez les nomades
Search
Mercredi 03 Mars 2021
Journal Electronique

Les populations nomades dans de la région frontalière d’El-Borma (420 km au sud-est d’Ouargla) restent fortement attachées à leurs traditions ancestrales dans la préparation de «khobz El-Mella», très connu comme «le pain typique du Sahara». 

«Khobz El-Mella est une variété de galettes traditionnelles, cuite dans le sable sous les braises appelées localement El-Bougha», a expliqué Abdelkader (éleveur-camelin), rencontré par l’APS dans la localité d’El-Guelta, aux alentours d’El-Borma. Préparé notamment par des hommes en plein air, ce pain traditionnel nécessite beaucoup d’effort pour son pétrissage à la main jusqu’à ce que la pâte soit homogène et parfaitement souple, a-t-il fait savoir, en précisant que cette phase consiste à mélanger la semoule en lui rajoutant un peu de sel et de l’eau par petites doses jusqu’à obtenir une pâte molle et lisse. «Il faut abaisser la boule de pâte avec la paume de la main et les bords avec les doigts pour obtenir une grosse galette d’environ 2 cm d’épaisseur», poursuit Abdelkader dans le détail et avec une gestuelle pour bien se faire comprendre. La pâte est ensuite farcie, le plus souvent avec une sauce tomate épicée avec des légumes, dont l’oignon râpé ou coupé en petits morceaux. Certains préfèrent déguster «El-Mella» sans farce, a-t-il dit. Au moment où la galette repose, est allumé un feu sur le sable, et une fois ayant bien pris, l’on écarte les braises et on creuse un trou au milieu pour y dépose la galette avant de la recouvrir de sable et de braises pour la faire cuire. Une fois entièrement cuit, le pain est retiré des cendres et rincé avec de l’eau pour enlever les résidus de sable et de cendres, et être ainsi prêt à être servi, notamment avec du malfouf (foie enrobée de graisse et grillé au feu de bois), du méchoui (viande bovine ou cameline) et l’incontournable thé à la menthe ou lait de chamelle, a-t-il ajouté. La galette est également utilisée dans la préparation de la «Fetfouta», la «Taguella» (ou Taghella). Elle est émiettée dans un plat large et arrosée d’une sauce avec des légumes et des morceaux de viande (ovine ou cameline), de préférence dans une grande Gassaâ (jatte en bois) pouvant réunir plusieurs personnes, indique Abdelkader. Ce plat emblématique des populations du Sahara, bédouines, nomades et touarègues est aussi leur nourriture de base. Plusieurs amateurs de tourisme saharien approchés par l’APS ont mis l’accent sur l’importance de promouvoir le tourisme culinaire, considéré aujourd’hui comme un facteur valorisant les particularités naturelles, patrimoniales et culturelles des régions. La promotion de l’art culinaire de chaque région est classée au même titre que les autres prestations touristiques, notamment dans les zones sahariennes. Cantonnée à son seul statut d’une des importantes zones de l’industrie gazière et pétrolière du pays, la région d’El-Borma, qui repose sur une mer de sable composé de dunes fascinantes du grand Erg oriental, peut devenir une destination touristique de choix, estiment-ils.

Préserver le patrimoine culturel de la région
En dépit de l’insuffisance des ressources financières, des efforts sont consentis par le mouvement associatif à El-Borma, à l’instar de l’association culturelle «El-Assala» (authenticité) dans le but de préserver le patrimoine culturel de la région, y compris l’art culinaire traditionnel qui mérite aussi d’être remis en valeur, estime le président de l’association, Ali Zengui. L’accompagnement des artisans, l’organisation d’activités culturelles, dont le festival annuel du dromadaire, ainsi que des sorties scolaires et des animations pédagogiques au profit des élèves, sont parmi les activités principales sur lesquelles a été fondée l’association culturelle El-Assala en 2016, assure Zengui. Il a aussi mis en avant l’impératif d’encourager les efforts menés pour diversifier l’attractivité de l’offre touristique saharienne, en essayant de développer le tourisme de circuit, le tourisme culturel et historique, le tourisme scientifique et écologique et le tourisme de niche. Dans le même contexte, des démarches sont entreprises par la direction du tourisme et de l’artisanat (DTA) de la wilaya d’Ouargla pour la mise en place d’un Office de tourisme à El-Borma, en plus du renforcement de la mobilité des jeunes et les expériences collectives d’échange et de découverte, selon le chef de service du tourisme à la DTA, El-Ayech Mahdjoubi. La DTA s’attelle à développer l’activité touristique au niveau de cette région frontalière qui recèle un potentiel touristique remarquable, souligne Mahdjoubi qui signale que «la DTA a proposé aussi la création d’un bureau d’orientation et d’information touristique et d’un centre de l’artisanat et des métiers».

 

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Santé

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère de la Santé
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Pr Abderrahmane Benbouzid, présidera, le 04 mars à partir de 8h30, à l’hôtel Sofitel, la célébration de la Journée mondiale contre l’obésité qui aura pour thème «L’obésité, un facteur de risque redoutable, notamment avec la Covid-19».

Radio DGSN
L’émission Li Amnikoum de l’espace radio de la Sûreté nationale, diffusée sur les ondes de la Chaîne 1 à 15h, sera consacrée le 04 mars au «danger de l’angle mort et l’importance de l’usage des rétroviseurs externes».

Palais de la culture
Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la femme, le Palais de la culture, Moufdi-Zakaria organisera, le 6 mars à 13h, deux expositions, l’une artisanale et, l’autre, de beaux-arts féminins.


Opéra d’Alger
L’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh lance des ateliers d’initiation au chant ouverts dans les répertoires traditionnels et universels. Les inscriptions auront lieu jusqu’au 15 mars 2021.


DGF
La Direction générale des forêts célébrera, le 3 mars à 9h30, à la réserve de chasse de Zéralda, la Journée mondiale de la vie sauvage.

UGCAA
L’UGCAA organisera, le 3 mars à 9h30, au siège de l’Union, une conférence sur l’impact de la Covid-19 sur les crèches et les maternelles.

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept