2e édition du Prix Tahar-Ouettar du Roman : Deux ouvrages,  ex-aequo, distingués
Search
Lundi 30 Novembre 2020
Journal Electronique

La bibliothèque principale de lecture publique de la wilaya d’Alger a abrité, mercredi dernier, la cérémonie de remise des prix de la seconde édition du prix Tahar-Ouettar du roman en langue arabe, organisée par l’Association culturelle «NaouafidhThakafia», sous l’égide du ministère de la Culture et des Arts. 

 

Le jury de cette édition, présidé par Amina Bellâla, est composé des universitaire Brahim Sahraoui, Makhlouf Amer, Fayçal Lahmar et Sofiane Zedadka. Deux auteurs, originaires tous deux de la wilaya de Djelfa, se sont partagés le Prix et ont été sélectionnés parmi 77 autres écrivains. Il s’agit de Mohamed Ftilina, pour son manuscrit «Taraib» et Farouk Sadek pour son roman «Al dafnsirrayousîdou al maouta» publié aux éditions Al DjazairTaqra» en 2019. Les deux œuvres ont été choisies pour deux raisons distinctes : «Taraib» pour la qualité de la langue et le style d’écriture, jugés excellents par le jury, et le second pour son originalité, qui, selon les membres du jury, est un mélange entre fiction, histoire et roman surnaturel.
Sadek Farouk, enseignant de sciences physiques, n’est pas à son coup d’essai puisqu’il est auteur de quatre ouvrages et lauréat du premier prix Ali-Maachi du roman en langue arabe en 2017 et également inscrit sur la short-list du prix Mohamed-Dib 2020 avec son roman «Café Riche». Sadek Farouk a été aussi distingué par le ministère des Moudjahidine et reçu le premier prix du Docteur Mohamed-Ben-Abi-Chanab de la wilaya de Médéa. Son roman «Al dafnsirrayousîdou al maouta» est une histoire surnaturelle que vit son héroïne, Aziza, dans l’antique Casbah d’Alger. Pour Sadek Farouk, chaque prix est un encouragement pour l’auteur et une étape nouvelle dans sa vie d’écrivain. Le Prix Tahar-Ouettar, dit-il, l’honore encore plus car il porte le nom d’un auteur qui lui est très cher et pionnier du roman algérien d’expression arabe.
L’universitaire Sofiane Zedadka, très impressionné par l’œuvre de Sadek Farouk, le qualifie d’auteur «Fou», car déclare-t-il «Il a pu réunir dans son histoire des personnages multiples et éclectiques et nous a menés dans un voyage dans le temps, depuis Khdaouejdj El Aamia, à nos jours, tout en faisant des va-et-vient constants d’une époque à une autre. Il fait appel également au monde de la magie et des djinns pour créer son monde à lui, un monde étrange mais très attrayant, un monde qui n’appartient ni à la réalité, ni à la fiction, ni à l’histoire mais à tout cela en même temps ».
Le second lauréat, Mohamed Ftilina est né en 1975 à Djelfa. Il est inspecteur de l’enseignement et écrivain depuis plus de 10 ans. Il a à son actif 7 romans et une traduction des correspondances de Marcel Proust. «Taraib» raconte l’histoire d’un jeune Malien qui transite par l’Algérie dans l’espoir de rejoindre l’Europe. Mais arrivé en Algérie, il encontre une jeune Algérienne qui change sa destinée et avec qui il rebrousse chemin vers son pays. Pour Ftilina, le prix Tahar-Ouettar est une expérience très enrichissante par la qualité des concurrents mais aussi par les membres du jury qui ont fait preuve de beaucoup de professionnalisme et d’impartialité dans leur choix. Concernant «Taraib», Sofiane Zedadka affirme que l’histoire est une histoire d’amour comme beaucoup d’autres, mais Ftilina a su user d’une langue d’écriture de très grande facture et d’un style qui sort du lot et c’est pour cette raison que nous avons décidé de le récompenser.

Une cérémonie retardée faute de financement
Le président de l’Association «NaouafidhTakafia», le journaliste et écrivain, Riadh Ouettar, qui est à l’origine du Prix Tahar-Ouettar, a déclaré, lors de la cérémonie de récompense des lauréats, que cette cérémonie devait se tenir en 2019 mais pour des raisons financières elle a été repoussée. «Nous avons annoncé les noms des lauréats en 2019, mais l’ex-directeur de l’Office national des droits d’auteurs (Onda) avait refusé de soutenir ce prix, alors qu’il avait financé la première édition», affirme Ouettar. «Nous avons pu, avec beaucoup de retard, l’organiser grâce à l’aide de l’ancien directeur du livre et de la lecture du ministère de la Culture, Djamel Foughali, et le soutien du directeur de la bibliothèque principale de la wilaya d’Alger, Abdelkader Djemaa», a-t-il ajouté. Riadh Ouettar espère que le prix Tahar-Ouettar soit pris en considération par le ministère de la Culture et fait appel à madame la ministre à soutenir le prix «sachant l’intérêt qu’elle porte aux intellectuels algériens notamment aux précurseurs de la littérature». Par ailleurs, il déplore le manque d’intérêt porté par la presse nationale, qui a brillé par son absence durant cette cérémonie, à l’exception de quelques médias.
 Hakim Metref

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Santé

Environnement

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

    • Google ouvre son application de conférences vidéo au grand public

      Google a annoncé mercredi la mise à disposition gratuite de la plateforme de conférences vidéo, Google Meet, destinée au grand public.

      L'application va être progressivement étendue au grand public dans les prochaines semaines, à condition de disposer d'un compte Google (Gmail) ou d'une "identité Google", que l'on peut créer avec n'importe quel email personnel ou professionnel.

      Google Meet était jusqu'à présent réservé aux clients professionnels, soit 6 millions d'entreprises et organisations qui utilisent G-Suite, la gamme de logiciels de Google (avec les emails, le calendrier, le partage de documents, etc).

L'agenda

 

Radio algérienne


Le forum de la Radio diffusé sur la Chaîne I de la Radio algérienne en collaboration avec la Télévision algérienne et Algérie Presse Service, invitera, le 30 novembre à 10h au Centre culturel Aïssa Messaoudi, le conseiller auprès du Président de la République, chargé des zones d'ombre, M. Brahim Merad.

 Laboratoire Roche Algérie
Le laboratoire Roche Algérie inaugure sa série de formations en ligne (par zoom) en direction des journalistes, avec une première session répartie en deux groupes, les 30 novembre et 1er Décembre de 13h30 à 16h30.

Ambassade d’Italie
La 5e édition de la Semaine de la cuisine italienne dans le monde se déroulera en virtuel du 23 au 29 novembre.

 

Cinémathèque algérienne
La Cinémathèque algérienne rend hommage sur son site web et sa page facebook aux grands cinéastes du cinéma mondial qui ont dans le passé fréquenté sa salle obscure dans le cadre des cycles et festivals qu’elle a organisés.

Institut Cervantès d’Alger
Depuis le début du confinement au mois de mars dernier, l’Institut Cervantes d’Alger avait lancé trois sessions de cours d’espagnol par vidéo conférence. Pour ce mois de décembre et suite à une demande croissante, l’Institut offrira à nouveau des cours en présentiel au niveau de son centre. Cette formule viendra compléter la modalité en ligne qui sera toujours maintenue.

Championnat national militaire de judo
Le complexe sportif régional de la 1re Région militaire à Blida abritera, du 23 au 26 novembre, le championnat national militaire de judo.

 

 Batimatec
La 23e édition du Salon international du bâtiment, des matériaux de construction et des travaux publics (Batimatec 2020) qui devait se tenir du 22 au 26 novembre 2020, au Palais des Expositions des Pins Maritimes (Alger) est reporté au 7 juin 2021.

Salon de la pharmacie
La 4e édition du Salon professionnel de la pharmacie, de la parapharmacie et du confort au quotidien (Pharmex 2020) ouvrira ses portes le 12 au centre des conventions d’Oran Mohamed-Benahmed.

 

 Assemblées virtuelles au TNA
Le Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi organise, durant le mois de novembre, des «assemblées virtuelles» (Al-Majaliss al-Iftiradhiya) animées par le journaliste et écrivain Abderrazak Boukkeba. Il s’agit de rencontres hebdomadaires, qui se tiennent tous les samedis du mois .

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.

 

Algérie Télécom

Algérie Télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algerietelecom.dz 
Les nouveaux demandeurs de ligne pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation, et les abonnés professionnels pourront signaler le dérangement de leur ligne directement sur le site web sans déplacement.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang.

 

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept