Abderrahmane Arar, président du Forum civil pour le changement, à Horizons «La nouvelle Constitution est un acquis pour la société civile»
Search
Mercredi 25 Novembre 2020
Journal Electronique

Entretien réalisé par Assia Boucetta

 


Dans cet entretien, le président du Forum civil évoque les plus importantes réformes contenues dans le projet de révision de la Constitution. Il y cite la société civile qui ne doit plus être statique après plus de 20 ans de léthargie et de concussion. Il estime que le rétablissement de la confiance entre le pouvoir et le citoyen passe avant tout par l’exercice de la bonne gouvernance.
La société civile est citée à six reprises dans le projet de révision de la Constitution. Pensez-vous que celle-ci saura saisir cette opportunité pour une participation plus efficace à la vie publique ?
C’est une avancée de qualité puisque pas moins de 15 articles évoquent sa participation, en tant que partenaire et acteur, dans tout ce qui touche à la vie sociale, économique et politique. Le chef de l’Etat l’avait même appelée à être un peu plus active en participant à la lutte contre la corruption et tous les phénomènes pouvant déstabiliser le pays. Sa participation aujourd’hui est, d’ailleurs, réelle dans tous les organes de concertation et de surveillance dont le Conseil de la jeunesse, le Conseil économique et social, l’Instance d’organisation des élections. Il reste à appuyer cette approche par des textes d’application pour l’implication des véritables acteurs de la société.
Pour de nombreux acteurs politiques, la future constitution est une opportunité pour instaurer un véritable changement politique. Pensez-vous que la société civile est prête à l’adopter et à la défendre le 1er novembre prochain ?
La société civile ne doit pas être statique dans ses positions. Elle a besoin de saisir cette opportunité et cette volonté politique afin de la traduire sur le terrain à travers les différentes lois. Elle est entièrement engagée dans ce processus de changement, bien qu’elle demeure fragile de part son manque de structuration et de formation. Après 20 ans d’absence et de marginalisation, peu d’associations ont une maîtrise parfaite des textes de loi et encore moins de la gestion des projets locaux ou des structures d’utilité publique. C’est pourquoi nous avons toujours plaidé pour le renforcement des capacités institutionnelles et organisationnelles de la société. Au lendemain du 1er novembre, le changement deviendra une réalité qu’il va falloir gérer avec des acteurs publics qui ont de l’expérience.
Justement, cette loi fondamentale du pays peut-elle provoquer un processus sociopolitique à même de mobiliser l’élite nationale ?
La Constitution n’est qu’un cadre général à la fois politique et juridique. Mais les valeurs véhiculées seront appréciées à travers les libertés et les droits individuels et collectifs, le mode de gouvernance, la relation des citoyens avec les responsables. C’est un défit à relever pour arriver à vivre ensemble dans un climat de confiance et de sérénité qui est une nécessité pour réussir cette nouvelle dynamique. La nouvelle Constitution est un acquis pour la société civile, la citoyenneté et le changement qui n’attend que l’instauration d’une véritable politique de dialogue. L’enjeu majeur aujourd’hui est de renforcer le front interne pour pouvoir faire face aux grands changements qui s’opèrent à travers le monde.
Le projet a été agrémenté par de nouveaux articles sur la transparence politique et économique. Peut-on considérer ce chapitre comme une garantie de la séparation de l’argent de la politique ?
C’est la revendication phare de la population depuis le 22 février dernier. Le risque de concussion est énorme face au pouvoir de l’argent, d’où l’impératif de rompre avec les anciennes pratiques en s’engageant dans une réforme profonde du secteur économique, administratif et institutionnel. C’est la seule manière d’assurer une transparence et une crédibilité à la pratique politique. Et une Assemblée votée par le peuple doit être responsable devant celui-ci.
Les articles 34 et 35 traitant des libertés publiques et des droits fondamentaux sont censés jeter les fondements d’un Etat de droit. Est-ce suffisant pour restaurer la confiance et bénéficier du soutien de la société civile ?
La confiance est une valeur à rétablir à travers le dialogue et l’exercice de la bonne gouvernance sur le terrain. Le citoyen doit sentir le changement dont on lui parle dans sa vie, ses libertés, ses richesses et l’avenir de ses enfants. Autant d’éléments à traduire dans la vie quotidienne des citoyens pour pouvoir bénéficier de leur soutien.
 A. B.

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Santé

Environnement

Destination Algérie

Histoire

Sciences et Technologies

    • Google ouvre son application de conférences vidéo au grand public

      Google a annoncé mercredi la mise à disposition gratuite de la plateforme de conférences vidéo, Google Meet, destinée au grand public.

      L'application va être progressivement étendue au grand public dans les prochaines semaines, à condition de disposer d'un compte Google (Gmail) ou d'une "identité Google", que l'on peut créer avec n'importe quel email personnel ou professionnel.

      Google Meet était jusqu'à présent réservé aux clients professionnels, soit 6 millions d'entreprises et organisations qui utilisent G-Suite, la gamme de logiciels de Google (avec les emails, le calendrier, le partage de documents, etc).

L'agenda

 

Conseil de la nation
Le Conseil de la nation reprendra ses travaux le 25 novembre , à 9h30, en séance plénière, consacrée à la présentation, par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, du projet de loi sur la prévention et la lutte contre les délits d’enlèvement.

 Laboratoire Roche Algérie
Le laboratoire Roche Algérie inaugure sa série de formations en ligne (par zoom) en direction des journalistes, avec une première session répartie en deux groupes, les 30 novembre et 1er Décembre de 13h30 à 16h30.

Ambassade d’Italie
La 5e édition de la Semaine de la cuisine italienne dans le monde se déroulera en virtuel du 23 au 29 novembre.

 

Cinémathèque algérienne
La Cinémathèque algérienne rend hommage sur son site web et sa page facebook aux grands cinéastes du cinéma mondial qui ont dans le passé fréquenté sa salle obscure dans le cadre des cycles et festivals qu’elle a organisés.

Institut Cervantès d’Alger
Depuis le début du confinement au mois de mars dernier, l’Institut Cervantes d’Alger avait lancé trois sessions de cours d’espagnol par vidéo conférence. Pour ce mois de décembre et suite à une demande croissante, l’Institut offrira à nouveau des cours en présentiel au niveau de son centre. Cette formule viendra compléter la modalité en ligne qui sera toujours maintenue.

Championnat national militaire de judo
Le complexe sportif régional de la 1re Région militaire à Blida abritera, du 23 au 26 novembre, le championnat national militaire de judo.

 

 Batimatec
La 23e édition du Salon international du bâtiment, des matériaux de construction et des travaux publics (Batimatec 2020) qui devait se tenir du 22 au 26 novembre 2020, au Palais des Expositions des Pins Maritimes (Alger) est reporté au 7 juin 2021.

Salon de la pharmacie
La 4e édition du Salon professionnel de la pharmacie, de la parapharmacie et du confort au quotidien (Pharmex 2020) ouvrira ses portes le 12 au centre des conventions d’Oran Mohamed-Benahmed.

 

 Assemblées virtuelles au TNA
Le Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi organise, durant le mois de novembre, des «assemblées virtuelles» (Al-Majaliss al-Iftiradhiya) animées par le journaliste et écrivain Abderrazak Boukkeba. Il s’agit de rencontres hebdomadaires, qui se tiennent tous les samedis du mois .

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.

 

Algérie Télécom

Algérie Télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algerietelecom.dz 
Les nouveaux demandeurs de ligne pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation, et les abonnés professionnels pourront signaler le dérangement de leur ligne directement sur le site web sans déplacement.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang.

 

Football

Hebergement/Kdhosting : kdconcept