Sanctions américaines contre l’Iran: Téhéran souligne l'isolement de Washington
Search
Mercredi 28 Octobre 2020
Journal Electronique
L'Iran a relevé dimanche "l'isolement" des Etats-Unis après leur proclamation unilatérale d'un retour des sanctions de l'ONU contre Téhéran et la promesse de punir ceux qui les violent, une démarche américaine rejetée par Moscou et par les pays européens parties prenantes de l'accord sur le nucléaire. Les Etats-Unis ont proclamé dans la nuit de samedi à dimanche que les sanctions des Nations unies contre l'Iran étaient de nouveau en vigueur, même s'ils sont quasiment les seuls au monde à estimer qu'elles le sont. "Aujourd'hui, les Etats-Unis saluent le retour de quasiment toutes les sanctions de l'ONU contre la République islamique d'Iran auparavant levées", qui sont "à nouveau en vigueur" depuis dimanche 00H00 GMT, a annoncé le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo. "Le monde entier dit que rien ne s'est passé. Cela s'est simplement passé dans le monde imaginaire" de M. Pompeo, a réagi Saeed Khatibzadeh, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse dimanche. Le geste de défi des Américains au reste du monde risque d'accroître les tensions internationales, surtout que le gouvernement de Donald Trump menace clairement de mettre en place un système de sanctions dites secondaires pour punir tout pays ou entité qui violerait ces sanctions. A six semaines de l'élection présidentielle où il brigue un second mandat, M. Trump pourrait dévoiler ces mesures lors de son discours mardi à l'Assemblée générale de l'ONU. Washington est quasiment seul et contre tous: les autres grandes puissances, la Russie, la Chine mais aussi les alliés européens des Américains, contestent cette décision basée sur une manœuvre juridique, le "snapback". "Aucun effet juridique" Le ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé dimanche matin une initiative américaine "illégitime" ne pouvant avoir "de conséquences légales internationales". Les chefs de la diplomatie française, allemande et britannique ont affirmé dans une déclaration commune que cette initiative américaine était "sans effet en droit". Le ministère iranien des Affaires étrangères a prévenu dans un communiqué que "si les Etats-Unis mettent en œuvre leurs menaces, directement ou via la coopération de certains de leurs alliés (...), ils seront responsables de toutes les conséquences dangereuses". Pour comprendre ce face-à-face spectaculaire entre la première puissance mondiale et le reste de la planète, il faut revenir un mois en arrière. Le gouvernement Trump essuie mi-août un revers retentissant au Conseil de sécurité dans sa tentative de prolonger l'embargo sur les armes conventionnelles visant Téhéran, qui expire en octobre. Accusant dans une attaque d'une rare violence Paris, Londres et Berlin d'avoir "choisi de s'aligner sur les ayatollahs" au pouvoir dans la République islamique, Mike Pompeo déclenche le 20 août la procédure de "snapback", censée rétablir un mois plus tard toutes les sanctions onusiennes contre l'Iran. Ces sanctions ont été levées en vertu de l'accord international conclu en 2015, lorsque Téhéran s'es engagé à ne pas se doter de l'arme nucléaire. Or le président Trump, jugeant insuffisant ce texte négocié par son prédécesseur Barack Obama, en a retiré avec fracas en 2018 les Etats-Unis, qui ont dans la foulée rétabli voire durci leurs propres sanctions bilatérales. A présent, dans une pirouette juridique, les Etats-Unis invoquent leur statut de pays "participant" à cet accord dans le seul but d'activer le "snapback", ce que conteste la quasi-totalité des autres pays membres du Conseil de sécurité.
  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Histoire

Sciences et Technologies

    • Google ouvre son application de conférences vidéo au grand public

      Google a annoncé mercredi la mise à disposition gratuite de la plateforme de conférences vidéo, Google Meet, destinée au grand public.

      L'application va être progressivement étendue au grand public dans les prochaines semaines, à condition de disposer d'un compte Google (Gmail) ou d'une "identité Google", que l'on peut créer avec n'importe quel email personnel ou professionnel.

      Google Meet était jusqu'à présent réservé aux clients professionnels, soit 6 millions d'entreprises et organisations qui utilisent G-Suite, la gamme de logiciels de Google (avec les emails, le calendrier, le partage de documents, etc).

L'agenda

 Ministère de la solidarité  
La ministre de la solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, Kaoutar Krikou, effectuera, le  29 octobre , une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Constantine.

 Ministère des Moudjahidine
Le ministère des Moudjahidine et des Ayants droit organise, le 31 octobre à partir de 19h au Musée national du moudjahid, des festivités sportives et culturelles, à l’occasion du 66ème anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale.

Wilaya d’Alger
Sous le haut patronage du président de la République et dans le cadre de la célébration du 66e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale, la wilaya d’Alger organise, le 1er novembre, un recueil au cimetière des Martyrs El-Cheraaba

Cinéma
Le Centre algérien de développement du cinéma (CADC) organise, le 5 novembre, à l’Opéra d’Alger, la projection en avant-première du film long métrage de fiction «Héliopolis» réalisé par Djaâfar Gacem.

MDN

A l’occasion du 66e anniversaire de déclenchement de la guerre de Libération nationale, le musée Central de l’armée organise, jusqu’au 1er Novembre, plusieurs festivités pour commémorer cet événement.

 Assurance et finance  islamique

Sous le patronage du Haut-Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre à Alger.

 

Ministère de la Santé

Le ministère de la Santé, en collaboration avec Algerian Network of Youth, organise, jusqu’au 7 novembre, une caravane sanitaire qui sillonnera plusieurs wilayas du pays.

 

 

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.

 

Algérie Télécom

Algérie Télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algerietelecom.dz 
Les nouveaux demandeurs de ligne pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation, et les abonnés professionnels pourront signaler le dérangement de leur ligne directement sur le site web sans déplacement.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang.

 

Football

Hebergement/Kdhosting : kdconcept